jmonde

jmonde

LES JUIFS AMERICAINS AUX CďTES DE DONALD TRUMP

DONALD TRUMP A SU CAPTER L’ÉLECTORAT JUIF

 
Par Jacques BENILLOUCHE
 
 
copyright © Temps et Contretemps
 
            
 
 
          Non, je n’ai pas reçu de coup de poing à l’estomac avec l’élection de Trump. Je n’ai jamais pris position pour l’un des candidats puisqu’il s’agit surtout d’une affaire américaine qui ne nous concerne pas. La victoire n’était certes pas prévisible, si l’on se référait aux sondeurs décrédibilisés, mais il est de la responsabilités des experts des équipes électorales d'envisager toutes les hypothèses. Cette victoire démontre que la décision finale appartient aux électeurs et que rien n'est acquis.
 
J’avais cependant fait, le 21 juillet 2016, une analyse qui concernait le changement de stratégie de Trump vis-à-vis de son électorat juif.  Une simple constatation de faits, une sorte de mise en garde intellectuelle. Mais cet article avait été jugé à tort comme une ode à ce candidat alors qu’il s’agissait uniquement de souligner un aspect de la campagne qui avait été négligé par la candidate Clinton.
Trump avait la réputation de ne pas aimer les étrangers et comme tout populiste, de ne pas aimer les Juifs. Il n’était pas perçu forcément comme un antisémite mais comme un anti israélien. Cette réputation l’avait empêché d’être reçu officiellement en Israël durant la campagne électorale car aucun dirigeant israélien ne voulait être accusé de lui faire la courte échelle alors que la grande majorité des Israéliens penchait pour lui, le pourfendeur des islamistes. Il s’est trouvé dans le même cas que Marine Le Pen qui reste interdite dans les milieux gouvernementaux israéliens au même titre que son père.
Mais Donald Trump et ses conseillers avaient décidé de travailler cet aspect négatif de sa réputation auprès de l’électorat juif qui représente six millions d’âmes aux États-Unis. Paradoxalement Hillary Clinton a délaissé son électorat habituel juif qui votait à 70% pour elle. Elle a préféré adopter une position neutre sur le conflit israélo-palestinien.  Or les chiffres parlent d’eux-mêmes puisque 931.000 voix séparent les deux candidats. Il est facile de constater qu’un transfert de voix des Démocrates vers les Républicains pouvait faire la différence. C'est ce qui a dû se passer. Les Juifs pouvaient participer à ce transfert si on les caressait dans le bon sens du poil.
 
La suite sur :
 


09/11/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres