jmonde

jmonde

Juifs et Musulmans


LETTRE D'AMOUR D'UN MUSULMAN AU PEUPLE JUIF

Source : frblogs.thetimesofisrael.com en ligne le jeudi 26 février 2015

 

 

 Lettre à mes amis juifs, l’amour maintenant!

 

 

 

 

Mes amis, les justes d’Israël, c’est moins le musulman qui s’adresse à vous, que l’autre vous-même, ce prochain jamais plus proche que quand il est différent; n’est-ce pas la différence absolue qui complète l’authenticité, en faisant cette unité parfaite, car variée, multiple ?

 

En islam, comme en judaïté, ce sont les spiritualistes qui ont su le mieux comprendre les choses humaines, se détachant de ce qui les marque de trop humain.

 

Ainsi, que ce soit le soufisme ou la kabbale, ils ont atteint au divin qui est en tout humain dès qu’il ne laisse pas aller à l’humus dont est faite son étymologie. Et ils l’ont fait avec l’amour, seule vérité humaine œcuménique.

Alors, à l’occasion des prochaines élections que votre démocratie exemplaire, malgré ses imperfections, dans un environnement arabe allant à ses turpitudes, adonnez-vous à un tel amour, instaurez l’ordre amoureux.

En un monde devenu fou, où la culture de la haine prospère, donnez l’exemple de l’inéluctable ordo amoris, cultivez non seulement la paix maintenant, mais l’amour tout de suite.

La paix doit enfin entrer les foyers en Israël, pays redevenu celui de l’amour, où les ennemis d’hier s’aimeront de nouveau comme ils s’étaient ainsi si longtemps dans le passé. C’est l’ancêtre commun qui le commande, appelant à réunifier la famille déchirée par les mesquineries humaines.

Mieux que quiconque, l’ayant éprouvé dans sa chair et dans son âme, le Juif sait ce que vaut le juste en un temps d’injustice. C’est une voix qui se veut juste qui vous appelle à la voix de la justesse ; rejetez la haine en vous, ouvrez vos cœurs à l’amour; car si les victimes de la Shoah ne savent plus aimer, les bourreaux ne le sauront alors jamais.

Donnez l’exemple, faites de vos prochaines élections le signe du retour de l’amour en conquérant sur cette terre, y ramenant la paix maintenant, incarnant sa sacralité par la sainte onction amoureuse.

Le Juif n’a pas d’ennemis, car il sait pardonner, ayant été élu par Dieu pour ce don de l’amour dont la kabbale dont le plus éminent exemple.

C’est ce que fit aussi le soufi, élevant l’islam amoureux, humaniste et spirituel au plus haut degré de la divinité.

C’est une telle transcendance immanente que la politique doit refléter pour que vos élections soient synonymes de seule Alyah réussie qui soit, celle de l’amour dans les cœurs.

La Shoah qui n’a pas été le fait des musulmans fut le produit de la haine; d’aucuns parlent d’un succédané en Méditerranée; refusez donc que la haine soit ainsi démultipliée et montrez le chemin du cœur, appelez et agissez pour l’amour en disant à vous gouvernants : la paix maintenant, et l’amour aussi.

De l’autre côté de la Méditerranée, j’agis pour contrer une telle « Shoah moderne », appelant à l’instauration de relations normales et paisibles entre les Arabes du Maghreb et les Juifs d’Israël; aidez à cette action en amenant vos dirigeants d’en faire leur politique.

Car si l’amour est donné en exemple par les victimes de la haine, il ne saurait que fleurir des meilleurs lendemains, transformant les grains de l’horreur que d’aucuns sèment en autant de semences de l’espoir de retrouvailles dans la famille divisée d’Abraham.

Que vos élections soient donc pour l’amour maintenant, mes amis, les justes d’Israël !

 


26/02/2015
0 Poster un commentaire

L'AMOUR D'UN MUSULMAN POUR LE PEUPLE JUIF

Source :: frblogs.thetimesofisrael.com en ligne le jeudi 26 février 2015

 

 

 

Lettre à mes amis juifs, l’amour maintenant!

 

 

 

En islam, comme en judaïté, ce sont les spiritualistes qui ont su le mieux comprendre les choses humaines, se détachant de ce qui les marque de trop humain.

Alors, à l’occasion des prochaines élections que votre démocratie exemplaire, malgré ses imperfections, dans un environnement arabe allant à ses turpitudes, adonnez-vous à un tel amour, instaurez l’ordre amoureux.

En un monde devenu fou, où la culture de la haine prospère, donnez l’exemple de l’inéluctable ordo amoris, cultivez non seulement la paix maintenant, mais l’amour tout de suite.

La paix doit enfin entrer les foyers en Israël, pays redevenu celui de l’amour, où les ennemis d’hier s’aimeront de nouveau comme ils s’étaient ainsi si longtemps dans le passé. C’est l’ancêtre commun qui le commande, appelant à réunifier la famille déchirée par les mesquineries humaines.

Mieux que quiconque, l’ayant éprouvé dans sa chair et dans son âme, le Juif sait ce que vaut le juste en un temps d’injustice. C’est une voix qui se veut juste qui vous appelle à la voix de la justesse ; rejetez la haine en vous, ouvrez vos cœurs à l’amour; car si les victimes de la Shoah ne savent plus aimer, les bourreaux ne le sauront alors jamais.

Donnez l’exemple, faites de vos prochaines élections le signe du retour de l’amour en conquérant sur cette terre, y ramenant la paix maintenant, incarnant sa sacralité par la sainte onction amoureuse.

Le Juif n’a pas d’ennemis, car il sait pardonner, ayant été élu par Dieu pour ce don de l’amour dont la kabbale dont le plus éminent exemple.

C’est ce que fit aussi le soufi, élevant l’islam amoureux, humaniste et spirituel au plus haut degré de la divinité.

C’est une telle transcendance immanente que la politique doit refléter pour que vos élections soient synonymes de seule Alyah réussie qui soit, celle de l’amour dans les cœurs.

La Shoah qui n’a pas été le fait des musulmans fut le produit de la haine; d’aucuns parlent d’un succédané en Méditerranée; refusez donc que la haine soit ainsi démultipliée et montrez le chemin du cœur, appelez et agissez pour l’amour en disant à vous gouvernants : la paix maintenant, et l’amour aussi.

De l’autre côté de la Méditerranée, j’agis pour contrer une telle « Shoah moderne », appelant à l’instauration de relations normales et paisibles entre les Arabes du Maghreb et les Juifs d’Israël; aidez à cette action en amenant vos dirigeants d’en faire leur politique.

Car si l’amour est donné en exemple par les victimes de la haine, il ne saurait que fleurir des meilleurs lendemains, transformant les grains de l’horreur que d’aucuns sèment en autant de semences de l’espoir de retrouvailles dans la famille divisée d’Abraham.

Que vos élections soient donc pour l’amour maintenant, mes amis, les justes d’Israël !

 


26/02/2015
0 Poster un commentaire

Le JAMEL COMEDIE CLUB


20/02/2015
0 Poster un commentaire

MARCHE REPUBLICAINE DU 11 JANVIER 2015 : L'AMITITIE JUDEO-MUSULMANE DE VFRANCE COMMUNIQUE

 
                            

 

 
        

L'A.J-M.F. reste debout

Voici quelques images d'espoir dans cette période si sombre... L'Amitié judéo-musulmane de France décide de rester debout et de dire non à l'ignorance, à la peur et à la haine de l'autre. Nous sommes de tout cœur avec les familles des victimes tuées parce qu'elles étaient juives, parce qu'elles se sont exprimées, parce qu'elles ont protégé les citoyens français et les valeurs de la République.  Par conviction intime et par devoir civique, l'A.J-M.F. continuera à œuvrer pour la paix et le dialogue. De toutes ses forces.

 
        
 
        
 
        
 
        
Copyright © *AJMF* All rights reserved.

12/01/2015
0 Poster un commentaire

JUIFS ET ARABES EN ISRA╦L SE DONNENT LA MAIN POUR SOUTENIR L'ETAT

Source :fr;thetimesofisrel.tv en ligne le lundi 5 janvier 2015

 

 

 

Les symboles de l'Etat d'Israël à la Knesset : la menorah et les drapeaux (Crédit : Nati Shohat/FLASH90)
Les symboles de l'Etat d'Israël à la Knesset : la menorah et les drapeaux (Crédit : Nati Shohat/FLASH90)
 En revanche, 65 % des Arabes se décrivent « fiers » d’être Israéliens. Les résultats pour 2014 sur la fierté nationale et l’appartenance à la communauté arabe montrent une nette augmentation : en 2013 l’indice montrait que 40 % des Arabes israéliens déclaraient se sentir fiers d’être citoyens israéliens.

Mais plus de 73 % des Israéliens interrogés estiment que la corruption au sein du leadership politique d’Israël était répandue ou assez répandue.

Lorsqu’on leur a demandé dans quelles institutions étatiques ou gouvernementales ils avaient confiance, plus de 88 % des Juifs israéliens ont cité « Tsahal », suivie par le président de l’Etat (71 %), et par la Cour suprême (62 %).

60 % des Arabes israéliens ont estimé que la Cour suprême était l’institution la plus fiable, suivie par la police (57 %), le président (56 %) et Tsahal (51 %).

Juifs et Arabes ont déclaré des niveaux semblables quant à leur méfiance envers la Knesset, respectivement 35 et 36 %. Pour les Juifs israéliens, le grand rabbinat (29 %) et les médias (28 %) sont les institutions dans lesquelles ils ont le moins confiance. Parallèlement, les Arabes israéliens ont rapporté les médias (37 %) et les chefs religieux (36 %) comme étant les institutions dans lesquelles ils ont le moins confiance.

37 % des sondés juifs et arabes ont déclaré un niveau inférieur au revenu familial moyen et se considéraient donc comme «pauvres». Lorsqu’on leur demande ce qu’ils pensent des disparités de revenus, 65 % des Israéliens, Juifs et Arabes, ont déclaré que la situation économique actuelle justifierait une nouvelle série de protestations sociales.

Pour la plupart, les Juifs et les Arabes ont signalé une méfiance envers les institutions économiques : 59 % confient ne pas avoir confiance dans le ministère des Finances et 62 % dans les banques.

Une grande majorité – 79 % de tous les sondés – a déclaré que les principaux syndicats ont trop de pouvoir.

Environ les deux tiers (63 %) des Juifs israéliens interrogés ont déclaré qu’ils s’opposaient à un traitement discriminatoire des Arabes ; cependant, une plus grande majorité (74 %) a déclaré que les décisions sur la paix et la sécurité devraient être prises par la majorité juive.

Israël se définit officiellement comme un Etat à la fois juif et démocratique, et environ un quart des Juifs interrogés attribuent une importance égale aux deux composantes. Selon l’enquête, la plupart des Juifs favorisent un composant sur l’autre : pour 39 % le caractère juif d’Israël ; pour 34 % le caractère démocratique.

Le pourcentage de Juifs qui disent attribuer une importance égale aux deux composantes a diminué de façon constante au cours des dernières années, passant de 48 % en 2010 à seulement 24 % en 2014.

Selon l’échantillon, seulement 20 % des Israéliens pensent qu’ils peuvent vraiment contribuer à des changements politiques, tandis qu’environ 76 % disent qu’ils peuvent « très peu » ou « pas du tout » influencer la politique gouvernementale.

L’étude de l’IDI a interrogé 1 007 adultes israéliens représentant un échantillon statistique de la population adulte, avec une erreur d’échantillonnage maximale de 3,2 %.

L’IDI a noté que les questions ont été posées aux citoyens entre avril et mai 2014, soit avant la guerre de l’été avec le Hamas à Gaza et la hausse généralisée des tensions et de la violence dans tout le pays.

Dans une réponse qu’il a donnée à l’IDI, le président Reuven Rivlin a exhorté les Israéliens à exercer leurs droits démocratiques en votant lors des élections du 17 mars à la Knesset.

Dans un communiqué publié dimanche, le président a abordé la méfiance envers le gouvernement présentée dans le rapport, en notant : « La responsabilité de reconstruire la confiance repose à la fois sur le système politique et sur la population ; celle-ci ne peut se permettre d’être livrée aux dangers de l’apathie. »


05/01/2015
0 Poster un commentaire